Neuf femmes en marche

FreminvilleChantal de Fréminville
passe son bac à Ste Marie de Passy. Attirée par la vie apostolique et la formation de la jeunesse à St François-Xavier, elle entre dans la communauté à 22 ans. Bien qu'elle ait fait des études supérieures d'espagnol, une reconversion en lettres s'impose lors de son départ à Abidjan où elle enseigne surtout le français et le latin, un peu d'espagnol et de la catéchèse. « Quatre années de bonheur... » Elle retrouvera, à l'occasion du cinquantenaire du lycée Ste Marie d'Abidjan en 2012, d'anciennes élèves devenues des femmes accomplies.
De retour en France, elle reprend sa formation et obtient son CAPES en Lettres, continue l'enseignement du Français et du Latin, de la catéchèse, et assure l'accompagnement de voyages scolaires, pendant 28 ans à Neuilly, puis 13 ans au CMD de Rueil. « Ma joie, c'est lorsqu'un élève découvre, s'enthousiasme, livre une idée personnelle, s'éveille ! »
Depuis 2009 elle est maîtresse de maison pour la communauté de Charles-Péguy. Elle fait aussi du soutien scolaire au Pavillon auprès de grands jeunes, de la catéchèse et de la formation culturelle et artistique auprès d'adultes, avec la volonté de transmettre sa passion pour l'art. Elle aime aussi la lecture et la nature.
« L'apôtre vit penché sur la face mobile du monde. » (Madeleine Daniélou)

GrossMéry Gross,
après des études à Sainte-Marie de Neuilly, obtient une licence de lettres et enseigne le français pendant quelques années. Elle entre dans la communauté SFX à 27 ans : « C'était une réponse à un appel de Dieu : j'ai ressenti en moi une présence d'amour qui me donnait une joie intense, comme quelqu'un qui vous dit : je vous aime. Impossible de résister. Mais je ne me voyais pas en habit de religieuse... » Ensuite, Méry Gross a continué d'enseigner 4 ans à Neuilly, avant de rejoindre Sainte-Marie de Blois comme responsable de niveau (6e-5e). « Une période très heureuse ! ». De retour à Neuilly, elle garde cette responsabilité qu'un grave accident l'oblige à arrêter. Elle poursuit ensuite son chemin en passant par Rueil et Montreuil. En 1993, des complications l'empêchent désormais de s'occuper de groupes importants d'élèves. Elle devient alors documentaliste à Neuilly. Puis en 2011, elle rejoint Charles-Péguy où elle fait du soutien scolaire au Pavillon. Les jeunes de Saint Maur la connaissent aussi car elle participe aux prières du mardi.
Méry Gross aime le théâtre, la musique classique et les excursions en montagne : « Ma famille est suisse ! »
« Solide est la prière. Comme un roc gravé à la lecture de Dieu... » (Charles Péguy)

LemortFrançoise Lemort
a commencé, dès 14 ans, à travailler dans l'usine où travaillait son père. En même temps, devenue cheftaine de louveteaux, elle se passionne pour l'éducation des enfants. A 21 ans, elle reprend des études grâce à une directrice qui l'embauche comme surveillante et lui permet de passer son brevet, puis son bac. Elle passe ensuite un concours de directeur-animateur de collectivité.
En 1972, elle rejoint Emmaüs et y prend en charge des enfants. « J'avais fait le choix de la pauvreté... Mais au cours d'une retraite, j'ai senti que Dieu me voulait ailleurs, et après quelques hésitations, j'ai rejoint la communauté SFX. Je ne l'ai jamais regretté ». Depuis 1975, elle a encadré des élèves à Neuilly, à Montreuil, à Bobigny (21 ans), et enfin à Charles Péguy de Paris comme responsable au lycée. Cette année, F. Lemort a des missions diverses : catéchèse, catéchuménat, Alpha-jeunes, soutien scolaire au Pavillon...
« J'ai été très marquée par l'abbé Pierre, Madeleine Daniélou et Charles Péguy. Comme eux, je désire être vraie et libre, et transmettre ces valeurs aux jeunes... »
Charles Péguy a dit : « Je n'aime rien tant que la liberté... La liberté consiste à croire ce que l'on croit et à admettre que le voisin aussi croie ce qu'il croit... »

PaillardDominique Paillard
ressent, dès 17 ans, lors d'une retraite en monastère, un appel très profond de Dieu à donner sa vie par amour. Elle décide de passer à l'action et devient cheftaine de louveteaux ; puis responsable de l'aumônerie de la fac de Nanterre où elle passe le CAPES d'histoire-géographie. « Je crois en un Dieu engagé dans l'Histoire ». A 22 ans, Melle Paillard rejoint la communauté SFX. « J'avais envie de rendre tout cet amour, mais en étant utile ». Dans la ligne de l'inspiration de Mme Daniélou, la communauté cherche à unir action et contemplation. « Et j'avais la passion de transmettre ».
Pendant 10 ans, elle enseigne l'histoire-géographie à Sainte Marie de Neuilly, puis devient responsable des 2de, 1ère, terminales, tout en reprenant des études de théologie. En 1999, elle intègre le lycée Charles Péguy de Bobigny où elle découvre une France différente, moins privilégiée, aux cultures très variées. Trois ans plus tard, forte de ces expériences, elle devient directrice de Sainte Marie de Neuilly, « une belle mission fédératrice... »
Et c'est en 2008 qu'elle découvre notre établissement et sa grande diversité. « Je veille à ce que chacun trouve sa place, quelles que soient ses convictions ». Et ajoute : « Nos élèves reçoivent beaucoup ; j'espère qu'ils sauront convertir tous leurs talents en service et partage dans leurs vies d'adultes. »
Son passe-temps préféré, outre la lecture, est la marche : « Quand je vais bien, je marche ; quand je vais moins bien, je marche... »
« Fends le cœur de l'homme, tu y trouveras un soleil » (Sœur Emmanuelle)

DeriveryDominique Derivery,
ancienne élève de Charles-Péguy, a enseigné les matières scientifiques dans un lycée agricole de la Somme puis à Charles-Péguy de Montreuil, puis un an au collège Mô-Fant, à Dapaong au Nord Togo (« une expérience formidable mais il faisait si chaud... »). Ce n'est qu'à 30 ans qu'elle choisit de rejoindre la communauté SFX. Elle passe alors 4 ans à Neuilly. En 1983, elle devient responsable de niveau à Charles-Péguy Bobigny, puis à Paris, à Blois, et à nouveau à Bobigny. Enfin retour à Charles Péguy en 2011. « J'ai toujours été triste de changer, mais toujours heureuse, là où j'étais » « La seconde, c'est l'année des fondations, j'essaie de faire grandir chaque jeune qui m'est confié »
Originaire de Picardie, D.Derivery aime se balader dans les plaines de sa région, comme à Briançon, près du chalet communautaire.
« Quand les montagnes s'éloigneraient, quand les collines chancelleraient, Dieu fera tout comme il promet »

Bertheau2Agnès Bertheau
a connu une vocation tardive. En effet, elle a été institutrice à Sainte-Marie de Neuilly pendant 17 ans. Puis a suivi une formation de directrice d'école et a pris des responsabilités dans une école privée de Boulogne. Mais, l'ancienne directrice de Charles-Péguy, Melle Laflèche, lui propose alors de remplacer Mme Loiseau à Amelot (« j'ai failli dire non, et finalement... »). Un peu plus tard, le 2 octobre 2006, pendant une messe, « j'ai su que ma place était ici ». Et un an après, la directrice d'Amelot rejoignait la Communauté. « Au début, cela a été dur, car je ne pouvais plus voir autant mes nombreux amis et ma famille. Mais mon Vœu définitif, à Saint Ambroise en 2013, fut un moment très riche humainement et spirituellement. »
De ses origines beauceronnes et paysannes, Agnès Bertheau a conservé le goût du jardinage et des confitures (ah, la fameuse confiture de Noël...)
« Apprenons à faire mémoire de ce que Dieu a fait dans notre vie » (Pape François)

ConturieChristiane Conturie,
élève à Saint-Marie de Passy, s'engage dès 15 ans et fait du soutien scolaire à l'école de Montreuil. « Ce bonheur de donner n'a pas d'égal ! » Bachelière à 17 ans, elle fait des études de lettres (licence et CAPES) et de théologie sous la direction du père Daniélou. Elle rentre dans la communauté dès la fin de ses études, et devient très vite responsable de division, à 25 ans.
En 68, elle part à Sainte-Marie d'Abidjan pour participer à l'éducation des jeunes Ivoiriennes, en tant que professeur de lettres, et animatrice de l'atelier théâtre, une activité qu'elle aime particulièrement. Elle y découvre un pays, une culture, et voit avec fierté ses jeunes élèves grandir tout en assumant leurs traditions. En 80, elle revient en France et, pendant 12 ans, est responsable de niveau à Charles-Péguy. Elle continue l'atelier théâtre et a notamment dans ses élèves la jeune Juliette Binoche. Puis elle participe à la création du BTS en 1989 et devient responsable pédagogique en 1991, une tâche passionnante...
Ce qui domine sa vie : la spiritualité, la transmission, le travail d'écriture (a écrit « Enseigner avec bonheur »), et la richesse des amitiés. Une phrase l'habite : « Réjouis-toi » (Luc 1/28)

CouteuMarie-Lise Couteu
est la fille de deux instituteurs laïcs du Loir-et-Cher. A 7 ans, elle convainc ses parents réticents, de la laisser suivre, comme tous ses amis, la catéchèse enseignée dans la paroisse par des membres de la Communauté SFX. Elle fait les études d'infirmière puis l'école des cadres infirmiers pour être infirmière enseignante. Elle est amenée à faire un remplacement d'infirmière à Sainte-Marie de Blois, où elle retrouve les personnes qui lui ont fait le catéchisme. Elle rentre dans la communauté en 1980 à Neuilly, puis quand M-Marie Salmon-Legagneur est directrice, elle devient responsable en 6ème-5ème rue saint-Maur.
Pendant qu'elle était à Neuilly en 1981, elle était responsable de l'action pour la Pologne et a participé à 25 convois (médicaments, nourritures...). Elle a assumé cette charge jusqu'à la chute du communisme. Son attachement pour ce pays a fait qu'en 1993, elle est partie à Czestochowa où elle a ouvert un foyer d'étudiantes et a enseigné le français pendant 19 ans. Ce sont des années inoubliables ! Elle est de retour en France depuis l'été 2011.
Aujourd'hui, elle assure des permanences à l'accueil de Parmentier, et donne des cours de français à des étudiantes polonaises ainsi qu'à des Sœurs Missionnaires de la Charité (Mère Teresa).
Ses hobbies : le tricot, les mots croisés et la musique classique.
« Rien n'est impossible à Dieu » (Luc 1,37)

DessirierYvette Dessirier,
jeune bachelière, travaille pendant cinq années comme secrétaire dans l'industrie. Trois choses la rendent alors très heureuse : l'amitié avec des jeunes filles de son âge, son engagement auprès de jeunes garçons dans le cadre du mouvement, les Cœurs vaillants, et la prière.
A 26 ans, elle décide de rejoindre la communauté SFX où elle retrouve la joie de l'amitié et de la prière. Elle enseigne pendant quelques années, mais le contact avec les jeunes n'est pas toujours facile. Elle doute : a-t-elle fait le bon choix ? Ses supérieures lui redonnent confiance : elle devient alors secrétaire à Charles Péguy. Cela fait 50 ans maintenant – « Et j'en suis très heureuse » – Melle Dessirier est la mémoire vivante de notre établissement.
Depuis vingt ans, elle s'occupe, entre autres services de la sacristie et de fleurir l'école. Elle conserve un peu de temps pour ses passions, l'architecture et les voyages ; et aussi pour réfléchir, notamment, sur la bioéthique et l'unité religieuse.
« Si tu savais le don de Dieu » (Jean 4)

Article réalisé par Caroline Sauval et Pierre Moulin-Roussel, parents d'élèves

Neuf femmes en marche !Communaute République sept 2012

Nos enfants les croisent chaque jour mais souvent ignorent qui elles sont. Pourtant, elles sont l'âme de l'établissement.
A l'occasion du centenaire de Charles Péguy et de la fondation de la communauté Saint-François-Xavier, nous sommes allés à la rencontre des neuf sœurs de la communauté SFX qui travaillent et vivent à Charles-Péguy.

Lire la suite...