Madeleine Daniélou, éducatrice visionnaire pour aujourd'hui !

enfants sortie

 

Dans quels domaines Madeleine Daniélou a-t-elle des intuitions particulièrement pertinentes et pleines de promesses pour les pédagogues et éducateurs que nous sommes ?

Sa vision de la personne dans sa globalité et son unité : personne à la fois unique et reliée dans une double dimension verticale et horizontale, enracinée dans le charnel et le spirituel dirait Péguy. Personne en mouvement dont l’éducateur, parent ou maître, a pour mission de « discerner la ligne de l’élan créateur et de la seconder » et de tisser avec beaucoup d’autres ce fil d’or qui révèle quelque chose d’un trait dominant, d’un appel, d’une responsabilité en ce monde. « Je voudrais que vous soyez des humanistes au grand sens du mot » disait-elle aux jeunes. Je relève l’enjeu pour aujourd’hui de cet humanisme spirituel qui va beaucoup plus loin que la seule visée de l’épanouissement individuel. Epanouir, s’épanouir, certes, - qui voudrait le contraire pour ses enfants-, mais osons davantage : accomplir, s’accomplir dans une sortie et un dépassement de soi au service de plus grand que soi ! A l’heure de la priorité donnée au développement personnel et au coaching sous toutes ses formes, et sans nier l’importance de ce souci de la connaissance de soi, du bien-être, aider un jeune à « discerner la parole à dire qui n’est qu’à lui bien qu’elle s’insère dans un chœur immense » constitue une vision d’avenir pour lui comme pour les éducateurs qui l’accompagnent.

« On crée dans tous les ordres…. Il faudrait rendre les enfants, dans une ligne quelconque, capables d’inventer un ordre nouveau »… Pour elle, l’inspiration, comme motion intérieure de l’esprit, et l’adaptation, comme sens du réel, se fécondent mutuellement pour libérer les énergies créatrices et c’est par intuition autant que par raisonnement que naît l’action juste, ajustée à son temps. Nos sociétés ont besoin, non de consommateurs divertis mais de contributeurs engagés qui innovent, cherchent, questionnent et inventent avec d’autres les réponses aux nouveaux défis de notre époque. Je pense que tenir dans nos établissements et lieux de formation à la fois l’exigence de la rigueur intellectuelle et la souplesse de l’ouverture d’esprit, permet de garder éveillé l’esprit critique face aux risques de déformations de la vérité, et donne des clés de compréhension pour ce monde complexe en pleine transition. Chaque génération doit trouver les solutions aux enjeux qui sont les siens et le plus grand service que nous puissions rendre à celle-ci est de l’aider à discerner en conscience, avec courage et sens des responsabilités les valeurs et vertus qui rendent l’homme plus humain.

Educatrice visionnaire Madeleine Daniélou l’est encore quand elle fait résonner auprès des jeunes l’appel de la vie intérieure comme chemin de liberté : « Il est temps d’habiter votre âme !... ». Comment les accompagner vers cette unité du dedans ? Comment leur donner accès à ce moi spirituel, qui est tout autre chose que le moi auto-référencé, et qui seul oriente peu à peu vers l’unité de vie, la paix profonde, la joie, vers Dieu ? Découvrir en soi une source spirituelle, la reconnaitre comme eau jaillissante de vie éternelle, s’y abreuver et en faire une fontaine pour d’autres, n’est-ce pas vital ?

Enfin j’aime le regard résolument optimiste, le parti pris d’espérance de cette femme qui aux prises avec les soucis et adversités de la vie, ne se décourage jamais mais livre cette conviction : « Les optimistes on toujours raison, ils créent l’atmosphère favorable, ils aident à croire ce en quoi ils ont cru. ». Porter ce regard de bonté sur les êtres et de sympathie pour le monde, donner et redonner confiance c’est cela aussi être visionnaire, voir déjà ce qui ne se voit pas encore et le rendre possible en l’espérant ! Car « l’enfance nous révèle l’éternelle jeunesse du monde » et nous enseigne ce qui vient de loin et portera loin, l’énergie créatrice toujours à l’œuvre en toute vie humaine. Face au climat souvent délétère, incertain et inquiet qui pèse sur les jeunes, leur avenir et leurs familles, risquons la proposition la plus positive, la plus espérante, celle qui ouvre un avenir plein de promesses à tenir devant Dieu et devant les hommes.

Dominique Paillard